Impacts attendus sur le développement

Développement des marchés

  • Favoriser la croissance des PME: La raison d’être du Fonds est d’investir dans des entreprises détenues ou gérées localement. Même si, sur les marchés émergents, les PME sont à l’origine de 80 % des emplois créés, elles peinent toujours à se développer par manque de moyens financiers. D’ici 2023, il est prévu que l’AIF investisse dans 12 PME en plein essor dans les secteurs présentant un fort potentiel de création d’emplois et de valeur économique ajoutée, et où la présence des femmes est prépondérante, qu’elles soient entrepreneures, dirigeantes, travailleuses ou consommatrices. Parmi ces secteurs, on compte ceux de l’agroentreprise, des biens de consommation et des services essentiels;
  • Miser sur des emplois de qualité: D’ici 2029, on estime que les bénéficiaires des investissements de l’AIF auront créé un nombre important d’emplois permanents de qualité et généré une valeur économique ajoutée directe manifeste en impôts, salaires et profits. En outre, les entreprises du portefeuille du Fonds devraient participer à la création d’emplois et à la valeur économique indirecte par l’intermédiaire de leur chaîne d’approvisionnement locale.

 

Renforcement du pouvoir économique des femmes

les entreprises du secteur des services essentiels financées par le Fonds, on s’attend à ce qu’elles permettent à au moins 100 000 femmes d’accéder à ce type de services et à des outils d’autonomisation

Renforcement du pouvoir économique des femmes

  • Côté gestion, le Fonds est entièrement administré par des femmes et la composition de ses équipes est majoritairement féminine, tout comme celle du comité de placement;
  • Quant à son portefeuille, au moins la moitié des entreprises qui le composent sont détenues ou dirigées par des femmes. De surcroît, l’AIF s’est engagé à investir dans des PME qui respectent ses critères ainsi qu’à les épauler pour leur permettre d’augmenter le nombre de femmes leaders, gestionnaires et employées;
  • Par ailleurs, les secteurs des biens de consommation et des services essentiels, tous deux prioritaires pour l’AIF, offrent de bonnes perspectives d’emploi aux femmes, notamment au niveau de la direction. Ce sont en effet près de 30 % des PME bénéficiant du financement de l’AIF qui compteront au moins 50 % de femmes cadres, ou qui auront une stratégie concrète pour y arriver, et plus de 400 femmes y trouveront un emploi de qualité. Plus particulièrement, les entreprises du secteur de l’agroentreprise créeront 5 000 emplois indirects pour les femmes en utilisant une chaîne d’approvisionnement inclusive;
  • En ce qui concerne les entreprises du secteur des services essentiels financées par le Fonds, on s’attend à ce qu’elles permettent à au moins 100 000 femmes d’accéder à ce type de services et à des outils d’autonomisation, comme les services financiers et l’éducation.