Publié le 2 novembre 2020 | Mis à jour à 3PM

Faire progresser l’autonomisation des femmes grâce aux entreprises sensibles au genre

Principales conclusions du webinaire « Investir dans les entreprises sensibles au genre », organisé par FinDev Canada, ONU Femmes et We Empower

Image

Le changement social est rarement rapide et le succès de tout mouvement dépend d’un élan soutenu. Bien qu’il ne soit pas difficile de composer des idées sur l’égalité et la justice, il est plus difficile de maintenir leur diffusion et leur adoption. C’est pourtant ce qu’il faut faire si l’on veut que les décideurs changent leurs points de vue et leurs actions pour faire avancer la société.

Dans cette optique, à la mi-octobre, plus de 150 participants du monde entier se sont réunis virtuellement dans le cadre d’un webinaire intitulé « Investir dans les entreprises sensibles au genre ». Il s’agissait d’une occasion de maintenir l’élan dans la poursuite de l’égalité des genres tout en explorant les moyens les plus efficaces de la faire progresser sur les lieux de travail, le marché et dans les collectivités locales.

En particulier, les discussions durant le webinaire portaient sur l’expérience de FinDev Canada concernant l’encouragement de ses entreprises partenaires du secteur privé à adopter les Principes d’autonomisation des femmes, une feuille de route internationale visant un monde plus inclusif pour les femmes.

À ce jour, près de 3 800 entreprises dans le monde ont déjà adhéré aux Principes et les mettent en œuvre à l’échelle de leurs exploitations. Le webinaire présentait l’occasion d’apprendre comment une institution de financement du développement comme FinDev Canada exploiter son pouvoir et de ses ressources pour aider le secteur privé à « faire avancer les choses » sur le plan de l’enjeu de l’autonomisation des femmes.

L’événement fut commandité par ONU Femmes. Sa directrice exécutive adjointe, Anita Bhatia, a ouvert la discussion en soulignant la pertinence particulière du webinaire étant donné qu’il se déroulait « six mois après le début des événements les plus cataclysmiques que nous ayons connus de notre vivant », en pleine crise mondiale économique et de santé publique.

Elle a souligné l’impact négatif disproportionné qu’a COVID-19 sur les femmes et les filles. Par exemple, des données préliminaires suggèrent que jusqu’à un quart des femmes qui ont quitté ou perdu leur emploi à cause de la pandémie envisagent de ne pas retourner au travail après la fin de la crise.

Selon Mme Bhatia, « au fur et à mesure que les gouvernements réfléchissent à diverses caractéristiques de leurs plans de relance et que les entreprises réfléchissent à leurs besoins, toutes les mesures proposées devraient assurer une participation forte et croissante des femmes dans la main-d’œuvre ».

Pour sa part, Paulo Martelli, VP investissements, a souligné que FinDev Canada applique une optique de genre à 100 % de ses transactions. Il s’agit non seulement d’évaluer la façon dont un client potentiel applique une optique de genre à ses propres opérations, mais aussi d’évaluer ce qu’il fait pour faire progresser les droits des femmes sur les marchés où il est présent.

M. Martelli a également rappelé aux participants que FinDev Canada était un chef de file parmi les institutions de financement du développement en ayant participé à la création du Défi 2X en 2018. Le Défi a mobilisé plus de 4,5 milliards de dollars des gouvernements du G-7 ainsi que du secteur privé pour faire progresser l’autonomisation économique des femmes.

 

Reconnaître les progrès réalisés en matière d’autonomisation des femmes

Anna Fälth, responsable du Secrétariat du WEP à ONU Femmes, en parlant des principales composantes des Principes, a encouragé les entreprises qui les avaient adoptés à s’inscrire aux nouveaux prix WEP 2020  pour célébrer les signataires et la « défense exceptionnelle de l’égalité des genres au sein de leurs organisations et réseaux ».

Anne-Marie Lévesque, responsable de l’égalité des genres et de l’impact, a déclaré que puisque FinDev Canada utilise une optique de genre dans toutes ses transactions, « il est vraiment important pour nous de nous appuyer sur des cadres éprouvés qui nous aident à évaluer le niveau d’engagement d’une entreprise envers l’égalité des genres, mais aussi ses forces et ses lacunes potentielles lorsqu’il s’agit de soutenir et d’autonomiser les femmes dans leurs exploitations ».

Elle a ajouté que c’est en bonne partie pour cette raison que FinDev Canada a décidé d’utiliser les Principes d’autonomisation des femmes et l’outil d’analyse des écarts entre les genres qui les accompagnent. Elle a décrit cette « méthodologie conviviale et reconnue internationalement » comme étant « axée sur sept principes qui tiennent compte du secteur privé ».

Mme Lévesque a ajouté que l’outil d’analyse des écarts entre les genres est considéré comme un excellent moyen de démarrer un dialogue pour mieux connaître les candidats potentiels aux fonds d’investissement et pour déterminer leur stade de cheminement vers l’égalité des genres, comment ils se voient progresser et comment FinDev Canada peut les aider. Elle a également indiqué que certains investisseurs de FinDev Canada sont devenus signataires des principes WEP. Un bon exemple est le fonds Climate Investor One, qui a signé les Principes et a commencé à utiliser l’outil d’analyse avec les clients de son portefeuille.

Claire Cummins, responsable du volet de placements environnementaux, sociaux et de gouvernance chez Climate Fund Managers  (qui gère Climate Investor One), a déclaré aux participants que « le genre et l’autonomisation des genres sont au cœur de tout ce que nous faisons, de sorte que l’intégration de ces concepts est une perspective logique à adopter en vue de favoriser la réussite de nos investissements. »

Elle a ajouté que Climate Fund Managers « cherchait à démystifier ce que signifie intégrer l’égalité des genres pour nos collègues et les entreprises où nous travaillons. L’outil a été extrêmement utile pour désagréger ce que cela signifie et formuler des actions concrètes à l’égard des lacunes et des solutions ».

Les conférenciers du webinaire avaient bien d’autres perspectives à offrir au sujet des Principes et sur la façon dont les entreprises peuvent les appliquer et en bénéficier. Pour en savoir plus, visionnez le webinaire complet.

Pour en savoir plus sur les Principes d’autonomisation des femmes, cliquez ici.